Aller au contenu principal

Je suis adulte

Plusieurs dispositifs sont mis en place pour aider les adultes en situation de handicap dans leur vie quotidienne (études, formation, travail, logement, transport...). 

Concernant les demandes auprès de la MDPH, une personne peut bénéficier des droits enfants jusqu’à l’âge de 20 ans. Des situations particulières existent et peuvent ouvrir des droits adultes (apprentissage, allocation adulte handicapé ou AAH, reconnaissance de la qualité travailleur handicapé ou RQTH).

Pour bénéficier d’une attribution liée à l‘orientation professionnelle, la personne doit avoir 16 ans révolus et ne plus avoir d’obligation scolaire.

Je souhaite poursuivre mes études

Dans l’enseignement supérieur, la définition et la mise en œuvre d’un plan d’accompagnement pour le suivi des études ne nécessitent pas, pour l’étudiant en situation de handicap, d’avoir réalisé ou même initié une démarche en direction de la MDPH.

Dans certains cas, comme les stages en entreprise, une RQTH est nécessaire. L’étudiant fait une demande d’aménagement des études, des conditions de passation des épreuves d’examens ou de concours auprès des personnes désignées selon la procédure affichée par l’établissement.

Je souhaite déposer une demande d’orientation professionnelle auprès de la MDPH

Toute demande déposée à la MDPH permet de bénéficier d’une orientation professionnelle et vers : 

Pour déposer une demande d’orientation professionnelle qu’il s’agisse d’une première demande ou d’un renouvellement. Comment faire une demande.

Toute demande de RQTH ou d’AAH peut être accompagnée d’une décision d’orientation professionnelle de la Commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapes (CDAPH) même si la personne n’en a pas formulé la demande.

À noter

Une décision d’orientation professionnelle vaut une Reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé ou RQTH.

Je suis à la recherche d’un emploi

La loi du 11 février 2005 réaffirme le principe de non-discrimination. Elle donne la priorité au travail en milieu ordinaire et confirme l’obligation d’emploi des travailleurs handicapés (OETH) à hauteur de 6 % pour les entreprises de plus de 20 salariés dans le secteur privé et dans le secteur public. 

Pour les aider à s’insérer dans le marché du travail, la reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé (RQTH) permet de bénéficier, à partir de 16 ans,  de mesures spécifiques pour compenser le handicap, que ce soit en matière de formation professionnelle, de placement en milieu de travail protégé ou d’emploi en milieu ordinaire de travail. Cette reconnaissance est attribuée par la MDPH. C’est à la personne d’en faire la demande. Comment faire une demande.

En recherche d’emploi, la personne qui obtient cette RQTH :

  • bénéficie de l’obligation d’emploi des travailleurs handicapés, aussi appelée OETH ;
  • peut accéder à des dispositifs spécifiques d’insertion dans l’emploi (contrats aidés, apprentissage...) ;
  • peut bénéficier d’un aménagement de concours ou d’un recrutement contractuel spécifique pour l’accès à un emploi dans la fonction publique.

Je souhaite travailler en milieu ordinaire, qui peut m’accompagner ?

Si vous souhaitez travailler en milieu dit ordinaire, vous devez vous adresser au service public de l’emploi que ce soit pour la recherche d’emploi, la formation ou des bilans (exemple : bilan de compétences). 

Les conseillers du service public de l’emploi vous aident à formaliser vos recherches d’emploi et à définir votre projet professionnel par le biais de diverses prestations.

Si vous avez entre 16 et 25 ans, vous pourrez être accompagné par la mission locale.

En fonction de vos besoins et de votre situation, la MDPH peut vous orienter vers des dispositifs spécifiques, tels que :

  • un ESPO ou établissement et service de pré orientation propose des stages de 12 semaines pour étudier avec la personne une orientation professionnelle adaptée, en tenant compte de son état de santé. La personne bénéficie d’un accompagnement individualisé, assuré par un formateur référent. À l’issue du stage, le centre de pré orientation adresse un bilan professionnel et médical à la MDPH, ainsi qu’à la personne ayant suivi le stage. En savoir plus 
  • un ESRP ou établissement et service de réadaptation dispense des formations qualifiantes et des remises à niveau tout en proposant un accompagnement médico-psycho-social adapté à la situation de handicap de la personne.
  • une UEROS ou unité d’évaluation, de ré-entraînement et d’orientation sociale et socioprofessionnelle accueille et accompagne les personnes, dont le handicap résulte d’un traumatisme crânien, ou d’une lésion cérébrale acquise. Elle accompagne les personnes dans l’élaboration du projet professionnel en tenant compte des besoins et capacités de la personne. Lire le décret 2009-299 du 17 mars 2009.
  • L’emploi accompagné est un dispositif d’appui qui permet d’obtenir ou de rester en emploi. Sa mise en œuvre comprend un soutien et un accompagnement du salarié et de l’employeur. En Gironde, le dispositif est porté par la plateforme Handamos !

Je souhaite travailler en entreprise adaptée

Les entreprises adaptées relèvent du milieu ordinaire. Elles emploient une majorité de travailleurs handicapés et proposent des activités adaptées aux spécificités de la personne.

À noter

La personne qui souhaite travailler en entreprise adaptée n’a pas besoin de notification de la MDPH.

Il est possible de passer d’une entreprise adaptée à un ESAT et inversement au cours de la vie professionnelle. Dans le cas, où l’on souhaite quitter le milieu ordinaire pour le milieu protégé, il est possible de faire une demande pour avoir une orientation.

Je souhaite travailler en milieu protégé

Travailler en milieu dit protégé (en établissement et service d’aide par le travail ou ESAT) permet à la personne en situation de handicap d’exercer une activité en étant rémunérée et en bénéficiant d’un accompagnement médico-social personnalisé et éducatif.

L’objectif est de favoriser l’épanouissement personnel et social de la personne.

Afin de découvrir le travail en ESAT, et si vous êtes dans une démarche d’élaboration de projet, vous pouvez effectuer une Mise en Situation Professionnelle en ESAT ou MISPE. Pour cela, il suffit de vous rapprocher d’un ESAT ou de la MDPH. 

À noter

Pour une Mise en Situation Professionnelle en ESAT, il n’est pas nécessaire de déposer un dossier de demande à la MDPH ou d’avoir une orientation ESAT.

Je suis en emploi

Je rencontre des difficultés dans mon travail, vers qui me tourner ? 

Le handicap n’est pas incompatible avec le travail. Des solutions adaptées peuvent compenser des difficultés d’une grande diversité : fatigabilité, déplacements…

Le médecin du travail est votre interlocuteur privilégié. C’est lui qui appréciera votre situation au regard de votre état de santé. Il est habilité à préconiser les aménagements de votre poste de travail et des besoins matériels.

La personne en charge des ressources humaines au sein de l’entreprise peut également vous aider en cas de difficultés.

Il est aussi possible de faire appel au pôle maintien de Cap emploi pour évaluer les possibilités d’aménagement de poste ou de reclassement interne. Dans certains cas, vous pouvez solliciter le conseiller en évolution professionnelle (CEP) pour vous accompagner dans votre reconversion. 

Si vous êtes en arrêt maladie, vous pouvez également vous tourner vers les services sociaux de la CARSAT ou de la Maison Sociale Agricole (MSA).

Je souhaite bénéficier d’une retraite anticipée

Dans certains cas et si vous avez une incapacité permanente d'au moins 50 % reconnue par la MDPH, vous pouvez partir en retraite anticipée avant 62 ans.

Je souhaite avoir un logement

La loi du 11 février 2005 reconnaît l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées. Au cœur de cette loi, l’accessibilité doit répondre à toutes les situations de handicap et s’impose tout particulièrement avec le logement et l’adaptation d’un logement.

Il existe différentes modalités de logement pour les personnes en situation de handicap : 

  • Hébergement en établissement spécialisé pour des séjours courts ou longs médicalisés ou non médicalisés.
  • L’habitat inclusif : un habitat « accompagné, partagé et inséré dans la vie locale » qui permet à la personne de « vivre chez soi sans être seul » dans des logements ordinaires aménagés à cette fin.

J’habite un logement non accessible, existe-t-il des aides ?

L’accessibilité et l’adaptation du logement aux personnes handicapées sont réglementées. Des aides financières existent pour rendre un logement accessible ou adapté. 

Elles dépendent du statut de la personne (locataire ou propriétaire) et du type de handicap concerné (handicapés autonomes dans leur vie quotidienne et pouvant bénéficier d’un logement social ou personnes ayant besoin d’être orientées vers des structures spécialisées). 

Si votre logement n’est pas adapté, et êtes bénéficiaire de la PCH, vous pouvez déposer une demande à la MDPH pour l’aménagement de votre logement : rampe accès, adaptation de la salle de bain, agrandissement des portes, volets roulants… Une évaluation de l'ergothérapeute de la MDPH reste nécessaire pour valider un projet adapté à votre situation. 

Si vous bénéficiez de l’AAH, la majoration pour la vie autonome (MVA) qui est un complément pour vivre chez soi peut vous être octroyée. Elle vient compléter votre AAH.

La caisse d'allocations familiales (CAF) ou la mutualité sociale agricole (MSA) l'attribuent automatiquement et en même temps que l'AAH dès lors que les conditions sont remplies.

Existe-t-il des logements adaptés pour les étudiants ? 

Si vous souhaitez avoir un logement indépendant dans votre ville d’origine ou bien celle où vous effectuez vos études, il existe des aides financières mobilisables. 

 

Je veux me déplacer

Pour bénéficier d’aide dans vos déplacements, une demande auprès de la MDPH doit avoir été faite. Comment faire une demande.

Existe-t-il des aides à la mobilité ?

Selon la situation dans laquelle vous êtes (étudiant, stagiaire, salarié…), il existe différentes aides et offre de transport. 

Des aides spécifiques, accessibles sous conditions, ont été créées pour faciliter les déplacements et le stationnement :

  • La carte mobilité inclusion ou CMI. 3 types de carte existent : priorité, invalidité et stationnement. 
  • La prestation de compensation du handicap (PCH) pour : 
    • l’aménagement de votre véhicule (installation d’une boîte automatique, d’un haillon...)
    • assumer des surcoûts de transport  dus au handicap (déplacements vers ou depuis les établissements Médico-sociaux...)
    • une aide technique(acheter un fauteuil roulant...)
    • une aide humaine (accompagnement tierce personne).
    • financer le permis de conduire.
  • Des aides nationales pour favoriser l’accès, le maintien à l’emploi, ou l’exercice d’une activité indépendante pour une personne handicapée ayant des difficultés à se déplacer. En savoir plus.
  • Accompagnement des Plateformes mobilité Alter et Go.
  • Des aides exceptionnelles pour soutenir les personnes handicapées fragiles ou particulièrement vulnérables pour lesquelles l'utilisation des transports en commun est fortement déconseillée. Plus d'infos.

Par ailleurs, les organisations de transports et de déplacements en milieu urbain ou rural proposent de nombreux moyens de transports collectifs, adaptés ou individuels parfois gratuits ou avec des réductions tarifaires à la disposition des personnes handicapées.

  • Sur Bordeaux et la métropole de Bordeaux, se renseigner auprès du réseau TBM. Toutes les infos.
  • En Gironde et plus largement en Nouvelle Aquitaine, le transport à la demande, est organisé par la région Nouvelle Aquitaine, en partenariat avec les communautés de communes volontaires. Détails.
  • La SNCF propose des solutions d’accompagnement pour faciliter les déplacements en gare et à bord des trains. En savoir plus.
  • TBM propose un service de location de véhicules aménagés avec son partenaire Wheeliz. Contact.

Je souhaite pratiquer une activité de bien être, sportive, culturelle ou de loisirs

La loi du 11 février 2005 encadre les principes d’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées.

Elle vise à favoriser l’accès des personnes en situation de handicap à l’ensemble des lieux et des services du territoire. 

Aujourd’hui, l’autonomie, l’épanouissement et la vie sociale des personnes handicapées représentent un défi tout comme leur inclusion dans notre société, ou l’accessibilité des lieux publics et de leurs contenus.

Il existe en Gironde, une offre diversifiée dans tous les domaines. Ci-dessous quelques liens utiles.

Du choix du lieu de vacances, en passant par la pratique d’un sport à l’organisation du transport et du financement, il existe différentes aides et organismes pouvant intervenir et vous aider.

Par ailleurs, de nombreuses associations proposent également des activités de loisirs et de bien-être sur le territoire.